Et pendant ce temps, ailleurs sur la toile…

Virage8
22/10/2020
Zero Motorcycles SR/S par Deus ex Machina

Zero Motorcycles et Deus ex Machina ont uni leurs forces pour créer la première Zero Motorcycles SR / S entièrement customisée. A notre connaissance, cette préparation est la première effectuée sur une moto 100% électrique par Deus. Une machine belle à regarder et vraisemblablement agréable à utiliser tant les véhicules électriques apportent leur lot de ressentis et de performance. Elle sera peut-être vue dans quelques années comme l’initiatrice d’une longue lignée. Un design à admirer et une histoire à construire et à suivre …

Crédit photos Zero Motorcycles

Cet article fut rédigé et publié pour la première fois sur Virage8 le 22 Octobre 2020

L’article Zero Motorcycles SR/S par Deus ex Machina est apparu en premier sur Virage8.


22/10/2020
These Days

All Tomorrow’s Parties

Sixties chanteuse Nico looking very Chelsea in London on a parked bike. Born Christa Päffgen she was given her name by the photographer Herbert Tobias, who discovered her at 16. She went on from modeling to acting, singing and Andy Warhol’s muse in 60’s New York. Her version of Jackson Browne’s “These Days” is one of the great covers.

Virage8
21/10/2020
Mercredi

Mercredi, jour des enfants, de celles et ceux qui gardent leur âme d’enfant tout au long de leur vie, s’émerveillent des moment que la vie réserve à qui veut bien les découvrir. S’asseoir sur sa moto de caractère, derrière le volant de son auto de caractère, et jouir de chaque instant que ces véhicules offrent à chacune et chacun de nous, c’est garder son âme d’enfant, et probablement ne jamais vieillir.

Crédit photo inconnu

Cet article fut rédigé et publié pour la première§re fois sur Virage8 le 21 Octobre 2020

L’article Mercredi est apparu en premier sur Virage8.


21/10/2020
Essex

“Call me Ishmael”

On this day 200 years ago the whaling ship Essex was attacked and sunk by a sperm whale in the middle of the South Pacific. This maritime story gave Herman Melville the idea for his classic novel Moby Dick. This 1928 Brought Superior SS100, also named Moby Dick recently sold for over £500,000. The name was given after Motor Cycling magazine tested it in 1931 and declared it “the fastest privately-owned machine in the world”.


20/10/2020
Eye of the Tiger

A Beak in the Wind

The nose of the Tiger might be unliked by some with its proboscis protruding from the eye-like headlights; but I find it offers a strong moto statement aiming for the road ahead.

Virage8
19/10/2020
La Route Nationale 7 de Paris à Menton, du 13 au 16 Mai 2021

Pour le week-end de l’Ascension 2021, nous vous proposons ce voyage de 1000 km réservé aux autos de caractère sur le tracé historique de la Route Nationale 7. La traversée de la Beauce, du Gâtinais, du Bourbonnais, les Monts du Lyonnais, puis la vallée du Rhône, la Provence et la Côte d’Azur. Un itinéraire touristique et gastronomique avec étapes en hébergements de première catégorie. Retour des autos par la route ou par auto-train au choix.  

Dans une ambiance de départ en vacances, nous fredonnerons certainement durant ce Voyage la chanson éponyme de Charles Trenet…
« Route des vacances
Qui traverse la Bourgogne et la Provence
Qui fait d’Paris un petit faubourg d’Valence
Et la banlieue d’Saint-Paul-de-Vence » 

Ce voyage de 4 jours nous conduira pendant 1000 km sur le tracé historique de la Route Nationale 7. Beaucoup de ses tronçons ayant disparu, remplacés par des 2×2 voies pour répondre à la croissance de la circulation, nous nous efforcerons de retrouver les tronçons anciens désormais classés en départementales. 

Dans un mode épicurien, nous ne nous astreindrons pas à rouler absolument sur tous les tronçons de la Route Nationale 7, notamment ceux aux abords des villes trop souvent encombrés. Ainsi, nous privilégierons les voies rapides pour quitter Paris et nous nous donnerons rendez-vous à l’Obélisque de Fontainebleau pour le grand départ. De même, nous éviterons l’agglomération lyonnaise pour préférer la traversée du Forez et le col de la République entre Saint Etienne et Tain l’Hermitage. 

Ouvert aux autos de caractère quel que soit leur âge pour autant que leur état permette un voyage sans encombre, vous pouvez faire ce voyage avec l’auto de votre choix. Comme toujours chez Virage8, nous n’avons aucune discrimination quant au choix de son véhicule. Pilotes et passagers devront en revanche maitriser leur conduite et apporter leur lot de bonne humeur et d’attitude positive.

Notre groupe de 5 autos maximum sera emmené sous la conduite d’un membre de l’équipe Virage8. Nous roulerons en itinérance, chacun à son rythme, lent, moyen ou rapide, en fonction de ses préférences, nous nous regrouperons au fil de la route pour partager nos impressions.

Le point de rendez-vous est fixé à l’Obélisque de Fontainebleau, jeudi 13 Mai 2021 en début de matinée. 

Programme
Jeudi 13 Mai, départ depuis l’Obélisque de Fontainebleau en direction de Nemours, Montargis, Briare, Nevers au rythme imposé par la traversée des villes, des villages et des espaces dégagés de la Beauce, du Gâtinais et du Bourbonnais. Dîner et hébergement 4 étoiles dans le Bourbonnais. Dîner et hébergement en château 4 étoiles dans le Bourbonnais.

Vendredi 14 Mai, le Bourbonnais, les Monts du Lyonnais, le Forez et la Vallée du Rhône. Après la reprise de notre chemin sur la Nationale 7, nous traverserons Lapalisse puis la quitterons pendant plusieurs kilomètres préférant la traversée du Forez à la circulation de l’agglomération lyonnaise. Dîner et hébergement chez Anne-Sophie Pic à Valence.  

Samedi 15 Mai, la Vallée du Rhône et la Provence. Quittant Valence nous poursuivrons notre chemin par cette Nationale 7 qui porte alors de plus en plus un air de vacances estival. Montélimar et son arrêt « nougat », Orange et son théâtre romain, Avignon et son célèbre pont, Aix-en-Provence et ses paysages de Cézanne. Dîner et hébergement dans une bastide provençale 4 étoiles à Brignoles.

Dimanche 16 Mai, la Provence et la Côte d’Azur. Nous traverserons le Var passant par Tourves avant de rejoindre à Fréjus la Méditerranée que nous longerons jusqu’au poste frontière de Menton. Après une dernière photo souvenir, il sera alors temps de penser à rentrer par la route ou par auto-train selon le choix de chacun.   

Conditions de participation : Parfait état de marche de votre véhicule, un véhicule en mauvais état pourra être refusé, permis de conduire et assurance valides, attitude positive, ouverture d’esprit, bonne humeur des pilotes et passagers.

Être membre de l’Association Les Amis de Virage8. La cotisation annuelle de 50€ est déduite de votre participation au premier voyage réservé.

Pour devenir membre de notre Association : https://www.weezevent.com/association-les-amis-de-virage8. Dès votre adhésion confirmée, nous vous indiquerons comment réserver pour ce voyage. 

Kilométrage : 1000 km (Paris-Menton)

Météo : Les conditions météo sont très souvent belles au printemps avec des ciels dégagés et du soleil toute la journée. Les températures peuvent être fraiches le matin et en soirée. Prévoir des vêtements chauds et des capotes opérationnelles pour les cabriolets en cas de pluie.  

Participation :
Pilote: 2590€
Passager: 990€

La participation comprend :
– L’organisation
– 3 nuits en hôtels de catégorie 4 et 5 étoiles
– 3 petits-déjeuners
– 3 dîners aux étapes, dîner du vendredi chez Anne-Sophie Pic (3 étoiles Michelin)
– Plaque numéro, autocollants et goodies
– L’équipe d’encadrement

Ne sont pas compris :
– Les déjeuners
– Les boissons
– Les extras et dépenses personnelles
– Le carburant et tout ce qui n’est pas spécifiquement indiqué dans ce qui est compris

Date limite de réservation : 31 Mars 2021

Pour initier votre réservation : https://www.weezevent.com/association-les-amis-de-virage8

Conditions de remboursement en cas d’annulation :
30 jours et plus avant la date de départ du voyage : 100%
Entre 14 jours et 29 jours avant la date de départ du voyage : 50%
13 jours et moins avant la date de départ du voyage : pas de remboursement
Toute annulation doit être notifiée par email (contact@virage8.com) impérativement

Conditions sanitaires : En cas d’annulation ou de report du fait des règles sanitaires applicables aux dates prévues, nous nous rapprocherons des participants inscrits pour procéder à leur choix au remboursement ou à l’inscription aux nouvelles dates.  

Renseignements : contact@virage8.com

Attention : Nombre de places limité à 5 autos

Enjoy your Ride, Enjoy your Life, ça va être géant !

Crédit photos: Thierry Dubois, Virage8 et divers

L’article La Route Nationale 7 de Paris à Menton, du 13 au 16 Mai 2021 est apparu en premier sur Virage8.

Virage8
19/10/2020
Normandie, We love, du 22 au 24 Mai 2021

Nous vous proposons un week-end de la Pentencôte 2021 sur les routes de Normandie que nous aimons avec un focus particulier sur les côtes. Trois jours sur les Plages du Débarquement et le Cotentin trop souvent « oublié » lors des voyages en Normandie. Ce voyage est ouvert à toutes les motos de caractère quel que soit leur âge pour autant que leur état permette un voyage sans encombre.

Sous la conduite de Agnès F. et Patrick G., membres régionaux de notre Communauté Virage8 / Motors and Soul, dans l’ambiance unique qui nous est propre, chacun roulera à son rythme, lent, moyen ou rapide, en fonction de ses préférences. Nous nous regrouperons au fil de la route pour partager nos impressions. De bons moments en perspective sur les routes et lors des pauses. 

Le point de rendez-vous est fixé sur la plage d’Houlgate, vendredi 21 Mai 2021 en début de matinée.

Programme

Vendredi 21 Mai, rendez-vous sur la plage à Houlgate avec possibilité de départ en fin de journée la veille depuis Paris Ouest pour celles et ceux qui souhaitent rouler en groupe dès le début de notre week-end. 

Samedi 22 Mai, départ juste après le petit-déjeuner en direction des Plages du Débarquement, haut lieu symbolique de la liberté que nous chérissons tant où la beauté des paysages se conjuguera avec les émotions fortes à l’évocation de ce qu’il s’y est passé début juin 1944, arrivée en fin d’après-midi à notre hôtel-base où nous poserons nos bagages pour les jours suivants.  

Dimanche 23 Mai, direction le nord de la presqu’ile du Cotentin, pour un tour complet les long de la côte, ses paysages de côtes tranquilles et sauvages, puis retour par le centre, ses paysages de bocages à l’intérieur des terres, la Pointe de Barfleur, la Hague, le Nez de Jobourg.

Lundi 24 Mai, une troisième journée entre mer et campagne dans le sud de la presqu’ile du Cotentin avec un arrêt à Barneville-Carteret pour visiter ses parcs à huitres. Retour vers Paris Ouest par les routes départementales et nationales pour une arrivée en fin d’après-midi.

Conditions de participation : Parfait état de marche de votre véhicule, un véhicule en mauvais état pourra être refusé, permis de conduire et assurance valides, attitude positive, ouverture d’esprit, bonne humeur des pilotes et passagers.

Être membre de l’Association Les Amis de Virage8. La cotisation annuelle de 50€ est déduite de votre participation au premier voyage réservé.

Pour devenir membre de notre Association : https://www.weezevent.com/association-les-amis-de-virage8. Dès votre adhésion confirmée, nous vous indiquerons comment réserver pour ce voyage. 

Kilométrage : 600 km (Houlgate-Houlgate)

Météo : Les conditions météo sont très souvent belles au printemps avec des ciels dégagés et du soleil toute la journée avec des passages nuageux voire pluvieux parfois. Les températures peuvent être fraiches le matin et en soirée. Prévoir des vêtements chauds et des protections contre la pluie.  

Participation :
Pilote: 390€
Passager: 190€

La participation comprend :
– L’organisation
– 3 nuits en hôtels et gîtes de catégorie 2 et 3 étoiles
– Les petits-déjeuners
– Plaque numéro, autocollants et goodies
– L’équipe d’encadrement

Ne sont pas compris :
– Les déjeuners
– Les dîners
– Les boissons
– Les entrées des musées
– Les extras et dépenses personnelles
– Le carburant et tout ce qui n’est pas spécifiquement indiqué dans ce qui est compris

Date limite de réservation : 31 Mars 2021

Pour initier votre réservation : https://www.weezevent.com/association-les-amis-de-virage8

Conditions de remboursement en cas d’annulation :
30 jours et plus avant la date de départ du voyage : 100%
Entre 14 jours et 29 jours avant la date de départ du voyage : 50%
13 jours et moins avant la date de départ du voyage : pas de remboursement
Toute annulation doit être notifiée par email (contact@virage8.com) impérativement

Conditions sanitaires : En cas d’annulation ou de report du fait des règles sanitaires applicables aux dates prévues, nous nous rapprocherons des participants inscrits pour procéder à leur choix au remboursement ou à l’inscription aux nouvelles dates.  

Renseignements : contact@virage8.com

Attention : Nombre de places limité à 8 motos

Enjoy your Ride, Enjoy your Life, ça va être géant !

Crédit photos Agnès F. et Virage8

L’article Normandie, We love, du 22 au 24 Mai 2021 est apparu en premier sur Virage8.


18/10/2020
Only 50p

‘78 Comic Ads

– I was spoaching through some boxes in our basement when I happened upon my collection of early 2000ad comic. In orbit every Monday. A couple of back to back advertising pages caught my eye. One for a kids sport comic called Tiger, mostly about football, but it had a snippet about Barry Sheene who was at the time at the top of his popularity. The other page was for the statistical card game Aces (like the other Top Trumps game) also promoting the prowess of the GP rider.


18/10/2020
Turquoise Tank

One Fifty Chevy

More patina that a rusty nail. I was filling up at a gas station in Des Plaines and spied this beat-up Chevrolet. It sounded like heck when it started up. Unless the owner didn’t want to wake the dead by revving too much…


17/10/2020
Logan

Blade Sharpening

– X-Man Wolverine sharpens his retractable claws whilst speeding along the highway. The black Triumph Bonneville provides Weapon X with transportation. Illustration by Adi Granov.

Virage8
16/10/2020
Notre programme d’activités 2021

Ce n’est pas la crise pandémique actuelle et les récentes restrictions de circulation nocturnes qui vont nous empêcher de vivre notre passion, tout en respectant les consignes sanitaires et les gestes barrière bien évidemment. Alors, réservons nos dates et profitons de chaque période de liberté pour vivre nos passions, en Rides moto, en Balades auto et en Voyages moto et auto !

1. Rides moto et Balades auto
Nos célèbres Morning Rides décidés au débotté en fonction de vos et de nos envies, à suivre sur notre page Facebook

January Ride, le dimanche 24 Janvier 2021, le seul dimanche de janvier où il fera beau !

Secret Ride, le dimanche 2 Mai 2021, découvrir l’itinéraire et la destination en profitant de la douceur du printemps

2. Voyages
Vous êtes membre de notre Communauté, vous avez participé à au moins une de nos activités au cours des 36 derniers mois, alors nous vous proposons d’aller plus loin et de vivre un, ou plusieurs, de nos voyages. Voyages courts (We love), voyages longs (Routes Mythiques), il y en aura pour tous les goûts en 2021 ! Les voyages We love pour un shoot de plaisir durant trois jours maximum et un kilométrage raisonnable, les voyages sur nos Routes Mythiques plus engageants en temps et en kilométrage.

Tous nos voyages sont en itinérance,  accompagnés par deux membres de l’équipe Virage8 pour les voyages à motos et un membre de notre équipe pour les voyages en autos. Les voyages à motos sont limités à 8 motos, les voyages en autos sont limités à 5 autos.

Pour participer à un, ou à plusieurs de nos voyages, vous devez être membre de notre Communauté et de l’Association Les Amis de Virage8. La cotisation annuelle de 50€ est déduite de votre participation au premier voyage réservé. Pour devenir membre de notre Association : https://www.weezevent.com/association-les-amis-de-virage8. Dès votre adhésion confirmée, nous vous indiquerons comment réserver le ou les voyage(s) que vous aurez retenu(s).

We love
Bourgogne, We love, du 29 au 31 Janvier 2021, ouvert aux motos et aux autos, une hivernale sur des routes secrètes et dégagées de notre ami Frédéric C., pour une expérience intense.

Normandie, We love, du 22 au 24 Mai 2021, ouvert aux motos, seconde édition de notre célèbre voyage We love organisé de mains de maître par nos amis Agnès F. et Patrick G., avec la presqu’île du Cotentin trop souvent ignorée.

Les Routes Mythiques
Les Routes Galloises, du 25 Mars au 1er Avril, ouvert aux autos, organisé par nos amis Andrea et Steven P., pour découvrir cette terre galloises par trop méconnue, des routes délicieuses et désertes, des paysages magnifiques, la visite de l’usine Morgan et la possibilité de louer une Morgan en option avec le volant du bon côté !

La Route Nationale 7, du 13 au 16 Mai 2021, ouvert aux autos, de Paris à Menton sur cette route des vacances qui traverse la moitié de la France, avec des étapes prestigieuses, dont l’auberge Pic à Valence pour ne pas la citer.

La Route Napoléon, du 19 au 26 Juin 2021, ouvert aux motos, de Paris à Menton par les routes nationale 6, Napoléon et retour par la route Nationale 7, organisé par notre ami Frédéric C., 2000 km sur ces routes mythiques françaises en tout début d’été.

Les Grandes Alpes motos, du 13 au 18 Juillet 2021, ouvert aux motos, de Morzine à Interlaken, 1700 km sur les cols français, suites et italiens avec pas moins de 26.000 m de dénivelé, la 7ème édition de notre classique.

Les Grandes Alpes autos, du 8 au 14 Août 2021, ouvert aux autos, d’Yvoire à Interlaken, les mêmes  1700 km sur les cols français, suites et italiens mais en autos de caractère cette fois avec pas moins de 26.000 m de dénivelé, la 2nde édition en autos vouée à devenir un de nos classiques.

Tous nos voyages sont ‘All inclusive‘, ils comprennent l’organisation, les nuits d’hôtels (catégories 3, 4 ou 5 étoiles selon les voyages), les petits-déjeuners, les dîners, les plaques voyages, autocollants et goodies, et l’accompagnement par notre équipe. Les détails seront fournis aux membres de l’Association dès votre inscription.

Enjoy your Ride, Enjoy your Life, l’année 2021 s’annonce géante !

Crédit photos Virage8 et divers

Cet article fut rédigé et publié pour la première fois le 16 Octobre 2020

L’article Notre programme d’activités 2021 est apparu en premier sur Virage8.

Virage8
16/10/2020
Lotus Seven S1 de 1959

Mecanic Gallery propose à la vente cette magnifique Lotus Seven S1 de 1959 à l’historique complet et passionnant. Acquise en kit auprès de l’usine par son premier propriétaire en Novembre 1959 selon les informations fournies par le très sérieux Historic Lotus Register, elle est engagée à cette époque dans plusieurs courses de cote dans son pays natal avant d’être vendue à son second propriétaire durant l’année 1961.

C’est un passionné Italien qui jette son dévolu sur l’auto et décide de l’acquérir en seconde main. S’en suivra un voyage absolument mémorable de près de 2000 km depuis Wimbledon jusqu’à Florence en traversant une belle partie de l’Europe. Ce dernier conservera la S1 pendant près de 30 ans, des photos d’époque la présente avec une livrée bleu foncé et une large bande blanche.

Quelques années plus tard, l’auto est acquise par un fameux marchand Italien de la région de Brescia, Cristiano Luzzago, et intègre sa collection privée. Ce dernier utilise sa Seven sur une base régulière et n’hésite pas à suivre les Mille Miglia en spectateur à plusieurs reprises à son volant.

Aujourd’hui, posséder une auto de plus de 60 ans avec un historique complet (et quelle histoire!) relève de la rareté absolue. Quand en plus elle est passée entre les mains expertes de Mecanic Gallery,  c’est tout simplement une occasion à ne pas manquer pour qui s’intéresse aux Seven et a les moyens de s’assurer un investissement qui se bonifiera avec les années.

Plus d’informations sur le site de Mecanic Gallery.

Crédit photos Mecanic Gallery

Cet article fut rédigé et publié pour la première fois sur Virage8 le 16 Octobre 2020

L’article Lotus Seven S1 de 1959 est apparu en premier sur Virage8.


16/10/2020
Equine Drawn or Tigris Ridden

Wagons Roll

– two horse versus 94 ponies. Nice old farm box wagon at a driveway in Northern Illinois. To think that people used to travel around the country on dirt roads with transportation such as this. Me? I’d rather have be on my Tiger over those rural lanes.

Virage8
15/10/2020
Chez Jeep on s’électrise, le Compass 4xe

Le Compass est une auto SUV que l’on retrouve sur tous les continents. Il représente une carte importante pour le groupe FCA. Avec sa calandre à 7 barrettes verticales, ses grandes roues, ses passages de roues anguleux qui rappelle la glorieuse ancêtre qui a débarqué sur les plages de Normandie en 1944 ainsi que son avant inspiré du Grand Cherokee, il joue la carte de la bannière étoilée bien que fabriqué en Italie ! Afin de raccrocher les wagons avec la réalité automobile d’aujourd’hui, le Compass passe à l’Hybride. Nous l’avons essayé pour vous ce qu’il en est.

L’Amérique en passant par l’Italie

Aimablement prêté par le concessionnaire PWA de Reims, notre Compass est en finition S c’est à dire avec toutes ses options. Avec sa couleur gris glacier, ses roues granite crystal et ses entourages de portes noirs, on ne peut pas dire qu’il donne dans l’ostentatoire mais plutôt dans le discret de bon goût. Les assemblages extérieurs sont dans la bonne moyenne et l’aspect général revendique assez fortement le coté baroudeur qu’ont oublié certains SUV !

A l’intérieur ne cherchez pas une note de couleur il n’y en a pas, (des sièges skaï gris en mettront un peu !). C’est peu chaleureux mais fonctionnel et les matériaux, plutôt durs, sont visiblement faits pour durer, de plus il faut remarquer une qualité d’assemblage qui ne souffre pas la critique. La finition S offre les sièges avant électriques à mémoire et, avec le volant réglable en hauteur et profondeur, trouver la position de conduite idéale est un jeu d’enfant. Le tableau de bord digital comprend un compte-tours à gauche et à droite un manomètre de même taille qui renseigne sur l’état de la consommation électrique du véhicule en décharge ou à l’inverse. Les deux autonomies, thermique et électrique, sont également consultables en permanence, de même que l’état de la charge des batteries. Au centre un écran TFT tactile de 8,4″ permet d’accéder à un grand nombre d’informations et aux applis Uconnect, Android Auto, Apple Car Play. A noter que le GPS est fourni par Tom-Tom. Outre les indispensables ports USB, le bas de la console centrale comporte trois boutons dédiés à l’utilisation du moteur thermique et de la batterie : Hybrid, Electric et E-save.

L’hybride au secours du thermique

Ces boutons nous font pénétrer dans le monde de l’hybridation selon Jeep qui nécessite quelques explications techniques. Tout d’abord le Compass 4xe est équipé des derniers moteurs de la marque aux normes E-6d-Final. Ces 4 cylindres de seulement 1 300 cm3 sont dans la mouvance actuelle qui consiste à diminuer la cylindrée des moteurs et à les doter de turbos. Deux puissances sont disponibles 130 et 180 ch. auxquelles viennent s’ajouter les 60ch. dus à la fée électricité soit 190 et 230 ch au total respectivement.

Alimentés par une batterie de 11,4 kWh, ce sont deux moteurs électriques qui participent à l’hybridation. Un premier qui ne participe pas à la traction, est couplé au moteur thermique et situé sur le train avant. Il travaille en synergie avec le moteur et peut agir comme un générateur haute tension. Un second moteur électrique est positionné sur le train arrière et dispose d’un réducteur et d’un différentiel intégré (« e-essieu ») sa puissance équivaut à 60 chevaux et 250 Nm de couple. Il génère la propulsion ainsi que la récupération d’énergie au freinage.

A noter qu’il n’y a pas d’arbre de transmission entre l’avant et l’arrière, les deux modes de propulsion sont mécaniquement indépendants et gérés par un algorithme qui leur permet de travailler ensemble. La batterie lithium-ion, nickel-manganèse-cobalt de 400 volts se trouve sous le plancher des sièges arrières. Le contrôle de la charge de la haute tension ainsi que du 12 v est effectué par un module logé sous le coffre. Une implantation judicieuse qui permet au coffre de 420 litres de ne perdre que 18 litres de contenance par rapport aux version 100% thermique du Compass.

Trois modes de propulsion sont disponibles commandés par les boutons précités :

Le mode Hybrid : est sélectionné par défaut à chaque démarrage de l’auto. Son but est de gérer le système de la manière la plus efficace, en optimisant la puissance et en minimisant la consommation de carburant. Moteur thermique et moteur électrique fonctionnent ensemble, avec des phases de récupération d’énergie de freinage. Lorsque la batterie atteint le niveau de charge minimum (« SOC », State Of Charge), le moteur thermique est utilisé pour la propulsion.

Le mode Electric : grâce à un étalonnage différent de l’algorithme d’optimisation (HCP), la conduite électrique est maximisée. Le système passe automatiquement en mode Hybride lorsque la batterie est complètement déchargée ou lorsque le conducteur effectue un kick-down pour bénéficier de toute la puissance du véhicule. La vitesse de pointe en mode Electric est fixée à 130 km/h.

Le mode E-Save : Au moyen du moteur thermique et du générateur électrique avant, ce mode permet de maintenir la charge de la batterie ou de la charger pendant la conduite. A cela s’ajoute le freinage régénératif qui permet de récupérer l’énergie cinétique pendant toutes les phases de décélération ou de freinage.

Plus sympa en mode balade tranquille

Quel que soit le mode de conduite choisi, à l’appui sur le bouton de démarreur, aucun son ne se fait entendre En effet les premiers mètres se feront toujours à l’électrique car le système conservera toujours un minimum de charge de batterie pour le faire. Avec la batterie chargée à plein il m’a été possible de réaliser 42 km en tout électrique sur un trajet comprenant des traversées de villages et des routes à 80 km/h, à des vitesses scrupuleusement respectées. Bien évidemment toute accélération brutale effectuée « pour voir » se traduit par une baisse spectaculaire de la capacité des batteries comme sur toute auto électrique. Lorsque le tableau de bord vous informe que l’autonomie accordée par la batterie est nulle, le moteur thermique prend le relais sans à-coups. Tout cela n’amène pas à une conduite brusque mais plutôt relax d’autant que les suspensions filtrent bien les inégalités de la route et que le volume sonore du moteur thermique sait se rendre discret.

Néanmoins, la direction est peu démultipliée, les freins, malgré un aspect peu flatteur des étriers, font preuve d’un bon mordant et le roulis, problème endémique des SUV, est bien contenu. Tout cela peut amener à augmenter le rythme. Avec le sélecteur positionné sur « Sport », la direction se raffermit et l’on dispose des 230 ch. dispensés par les deux modes de propulsion.

L’accélération est alors d’un tout autre niveau, intense voire violente, le moteur électrique permettant une instantanéité que le petit 4 cylindres thermique aurait bien du mal à créer même s’il reprend le dessus vers 3 000 tr/min. Mais attention, ce comportement en 2 temps met à mal l’homogénéité de l’ensemble en virage. La puissance électrique sur les roues arrières provoque un phénomène de sous-virage que ne combat pas l’arrivée plus tardive de celle, thermique, sur les roues avant d’autant que cet avant a tendance à « piocher » sur les freinages appuyés ce qui ajoute encore à la propension au sous-virage. A cela s’ajoutent une boite de vitesses automatique peu réactive et qui garde les régimes élevés trop longtemps ainsi qu’un poids en augmentation de 430 kg (essence) et 320 kg (diesel) par rapport aux versions purement thermiques. Non, vraiment, le Compass 4xe n’est pas fait pour la conduite musclée.

Il est bien plus agréable en balade tranquille comme le suggère la surface vitrée qui offre une bonne visibilité y compris sur l’arrière ce qui n’est pas si fréquent dans le monde des SUV, des places arrière de taille suffisante, un ensemble radio Alpine de bonne facture. L’argument majeur reste une consommation d’essence moyenne lors de l’essai de 3,2 litres aux 100, heureusement car la capacité du réservoir d’essence est réduite à 36 litres ! Cependant ce chiffre doit être considéré avec une recharge régulière de la batterie, (20% récupéré en une heure avec une banale prise secteur lors de l’essai) condition sine qua non pour rester dans cette moyenne, car, sinon, la consommation d’essence s’envole vers les 6,5/7 litres avec facilité.

A noter que, afin de conserver la tradition de la marque de véritable tout terrain, outre les positions Normale et Sport, il est possible de sélectionner : Neige, Boue/Sable ou Rochers et avec une seconde commande 4WD Lock (transmission intégrale permanente), 4WD Low (maintien la première) ainsi qu’une aide à la descente.

Tarifs

Les prix de la Jeep Compass 4Xe commence avec la finition « Brooklin Edition » à partir de 43 000 € jusqu’à la finition « S » à partir de 46 000 € à mettre en comparaison avec le Peugeot 5008 Hybrid qui, dans sa version 225 ch. va de 45 100 € à 49 900 € hors option mais en deux roues motrices, ou le BMW X1 x Drive 25225 ch dont les tarifs débute à partir 46 750 € en finition Lounge pour culminer à partir de 53 450 € en finition M Sport.

Au final, le Jeep Compass saura combler celles et ceux qui désirent rouler en SUV malgré les commentaires acerbes d’une certain partie de la population à leur égard grâce à une consommation raisonnable, un agrément certain en balade tranquille et un tarif contenu.

Un grand merci à la concession PWA de Reims pour le prêt du véhicule et la confiance.

Crédits photos Alain Berson

Cet article a été rédigé par Alain Berson et publié pour la première fois sur Virage8 le 15 Octobre 2020

L’article Chez Jeep on s’électrise, le Compass 4xe est apparu en premier sur Virage8.


15/10/2020
Do you feel lucky punk?

Magnum Force

– I just caught the tail end of this 1973 Clint Eastwood film and saw that the “Death Squad” cops were riding ‘67 Triumph T100R Daytona 500cc bikes. Earlier in the movie they rode Moto Guzzi’s Eldorado’s, also in police livery, however the stunt riders preferred the nimble characteristics of the smaller Triumph for haring across the decks of the decrepit aircraft carriers for a final showdown.

Virage8
14/10/2020
Mercredi

Mercredi, jour des enfants. De ceux qui dans les années 30 rêvaient de posséder, l’âge adulte venant, la voiture de leurs rêves. Cette automobile symbole de liberté et de plaisir qui a permis au plus grand nombre, nous compris, de vivre de aventures extraordinaires et plus ordinaires depuis lors.

Crédit photo inconnu

Cet article fut rédigé et publié pour la première fois sur Virage8 le 14 Octobre 2020

 

L’article Mercredi est apparu en premier sur Virage8.


14/10/2020
Roadside Attraction

Nothing Gold Can Stay

Nature’s first green is gold,
Her hardest hue to hold.
Her early leaf’s a flower;
But only so an hour.
Then leaf subsides to leaf.
So Eden sank to grief,
So dawn goes down to day.
Nothing gold can stay.

Robert Frost – 1874-1963


13/10/2020
Covered Bridge

Birthday Ride

– here’s riding buddy Dean enjoying the autumnal conditions yesterday on his Triumph Street Scrambler, which he still likes apparently, along a pineneedle dusted lane which led to a covered bridge.

Virage8
09/10/2020
Jaguar Mk1 de 1959

L’emblématique Jaguar Mk1 est le fer de lance de l’incursion de la firme de Coventry sur le marché des voitures de luxe, en production entre 1955 et 1959. Cette Mk1 en particulier est un superbe exemple des Jaguar de la fin des 50’s avec une expérience de compétition éprouvée dans des événements automobiles prestigieux telles les 24 Heures du Mans.

Préparée pour la première fois pour la piste dans les années 90 par son propriétaire de l’époque, elle a reçu une conversion de course complète lui permettant de concourir au plus haut niveau de compétition historique.

L’histoire de cette auto devient vraiment spéciale lorsqu’elle fût la propriété du pilote Leo Voyazides, qui en partenariat avec Win Percy, vainqueur du British Saloon Car Championship en 1980, 81 et 82, elle réalisa le pole position au Goodwood Revival de 2002.

Wim Percy au volant de 4 GXX à Goodwood Revival

Cet magnifique Mk1 est actuellement mise en vente par DM Historics, le spécialiste britannique des véhicules historiques de compétition.  Plus d’informations ICI

Crédit photos DM Historics

Cet article fut rédigé et publié pour la première fois sur Virage8 le 9 Octobre 2020

L’article Jaguar Mk1 de 1959 est apparu en premier sur Virage8.

Moss Motoring
02/10/2020
Name Your Car Day – Miata

Our cars aren’t just mediums of transport, they are our companions. As we drive them, we get to know their little quirks and unique temperaments, we become attached and personalize them. Two weeks ago, we asked you to share some fun stories about what you named your car and why. We received tons of entries, and truly we enjoyed reading them all. A big thanks to all of you for participating and keeping things going especially in these tough times. It gives us the greatest pleasure to celebrate National Name Your Car Day with our enthusiastic Miata community. Here are some entries that we want to share with you all, take a look and enjoy!

  1. Amanda Miller: New 97 is now the Little Devil, because she is red and seemed to fit.Amanda Miller_2
  2. Kyle Thomas: Her name is Night Spirit, it came to me when driving down the highway at 2am in the middle of a clear summer night and the song “Spirit of the Night” by David Dima started playing, and it just felt right.Kyle Thomas
  3. Karen Smith Mine is Sophi – she just looks like a Sophi. I am driving my late husband’s car Wilma, it was named after his aunt who hated her name. (I am sure there is a discussion in heaven right now about that move) and his 1990 was named Lily after his mom, it has been passed to his son who is now hooked on Miatas!Karen Smith
  4. Nicole Burchfield:  My 96 Montego Blue is named Monte. The name was from the previous owner but I thought it fit so I kept it!

  5. Ray Massey Mine is named Carly. Because when I got it You’re So Vain was constantly on the radio. I mean daily on different stations. So I can only assume she was singing it to me. But the funny thing is also on the radio was “My Woman From Tokyo.” Which I told her was for her even though she was from Hiroshima. Until then I never would have believed that you could truly love a car.Ray Massey
  6. Nathan Anthony: 1st miata was Debbie a 93 NA6 cause i bought it in Dallas had a ton of miles ton of owners a definite beater. So named it off of a famous Adult film Debbie does Dallas lmfao. 2nd Miata 99 NB1 named Sasha after Sasha grey to keep up with the adult theme and the car is silver faded grey and a funny story about actually meeting Sasha Grey but thats another story.Nathan Anthony
  7. Brandon Giancola: My late ‘ex’ father-in-law passed away suddenly in 2016. My then Mother-in-law gave me his motorcycle. Having had a motorcycle i nearly died on and a Miata (NB2) in the past, I sold the bike (her suggestion) and bought this NA8. His name was Alexander, the car is Alex-andra. She sees the road very sparingly, but the track is a different story.Brandon Giancola
  8. Cory Gordinier: My ’91 NA is named Kaylee, after the Firefly character played by Jewel Staite. I don’t believe there’s a power in the ‘verse can stop Kaylee from bein’ cheerful. (A power in the ‘verse DID try – shot my rod and bits of my piston through my oil pan and block. One month later, she has a new 1.8L and is happily smilin’ away again…) #nameyourcarday2020 #mossmiataCory Gordinier
  9. Kenny Schies: My one and only Tia. Name from the movie Disney Cars. Found her in AR and flew down and drove her back to PA. Hopefully she will find her soulmate soon – ND Club spec.Kenny Schies
  10. Muhammad N. Ramadan: Guinness 1993 NA Package “C” Brilliant Black with 14” BBS wheels) obvious name since he’s a Black and Tan Miata #nameyourcarday2020#mossmiata
    Muhammad N RamadanMuhammad N Ramadan1
  11. Kevin Kastner: Kasey, from Kansas City. Before that it was Marceline (the vampire queen) for the 93LE.
  12. Evan Wolfe Goodness I want another NA. My last car’s name was ‘Blue Monster’ cuz everyone called her cute.Evan Wolfe
  13. Andi Stolzman: His name is Casper! My dad came up with the name since it’s a salvaged car from California with an unknown history*. He started life as an auto, and now lives his days as a stick with a supercharger. One of these days he’ll be one solid color again.Andi Stolzman
  14. Tim Galian: Because when I first got mine back in 94 my girlfriend at the time called it cute. I said, it’s not cute, it’s mean. Ever since, I’ve essentially referred to any Miata as a Meanie, but especially mine.

  15. E Wayne Kempton: We simply called our first MX-5 (new 1989, driven for 20 years) “the Roadster”. A few months ago when we bought our 2019 MX-5 Gt-s, my asked me what we might call her. I reminded my wife that we had called our NA “the Roadster”. So, my wife suggested we call our ND2 the “R2” (yes, the 2nd roadster). Since my wife had secretly saved up to surprise me by replacing our BMW Z4 with the ND, I figured she had naming rights. So, “R2” it is.E Wayne Kempton
  16. Mauricio Iudica: My ’99 it was named from my friend who loves flowers….Petunia is a purple flower from South America!!!Mauricio Ludica
  17. Kurt Batdorf: Astro, my first Miata, a base 94. Bought in 1999 with 21,900 miles, retired from daily driving in 2017 after 295,000 miles.
    Kurt Batdorf
  18. Jeffrey L Marcy: Red Bedy- my Wife and I have been enjoying this roadster for 2 years and Love it.Jeffrey Marcy
  19. John Poletti:  The “Gulfkart”John Poletti
  20. Isaiah: My 1992 na6, “Tsuki”, was bought at night. The silver resembled the color of the moon in the light. I know many people named their car Luna, but it didn’t quite fit. Tsuki may be moon in Japanese, but to me it’s my miata’s name.
  21. Shawn Weinstock: CarmineShawn Weinstock
  22. Kevin Joseph: My ND is named Zero; I bought a Japanese car in December 7th… Thought it only appropriate… The NB is now known as the tree-ata because he wrecked it into a tree on the tail of the dragon.Kevin Joseph
  23. Len Joseph: My ex called my NB “your death trap” and “your mid-life crisis”. Something had to go. “The death trap” and I found a better wife – one that knows how to drive with a standard transmission.
  24. Al Arriaga: My car’s name is very much like “The Naming of Cats” by T. S. Eliot. Her regular name is Jenn. Her name that is particular is Me Otter. The one name left over, I’ll never know. Me Otter, it’s just a simple play on words. It’s a fun name. It’s a fun car. I’m a fun-gi?  I even have an otter theme going on. You should be able to see the otter sticker to the left of my plates. I also have those stickers on the front fenders. I have a little stuffed otter I put on the dash for car meets. There’s also the smaller otter hanging off the rear tow hook thing. As for Jenn, I secretly am in love with Jennifer Aniston, please don’t tell her. So I call my car Jenn, cuz I’d like to get in her and turn her.on everyday. Link: https://faculty.washington.edu/smcohen/453/NamingCats.htmlAl Arriaga
  25. Brian Bogardus: The current Miata is called CTBNL (Car To Be Named Later.) It began as a placeholder, but after a few months of not revealing its name to us, it has just stuck. #nameyourcarday2020#mossmiatamistermiata_118806536_1015314965572821_8144802117760311282_n
  26. Jacob Worthington: October, because my NC is red and while everyone says she looks like a boat, I always thought she looked more like a sub, therefore, the Red October.
  27. Brent Ayris: Akiko. Shining, sparkling, child of Autumn. Born in the Japanese Autumn in 1993 my crystal white NA with hardtop and ceramic glaze suits the tag perfectly.
  28. Jim H: “Ginya” (Silver Arrow) in Japanese.ginya91mx5_107374144_3059302954184254_5039491939832334696_n
  29. John Abbadangelo: When I first picked it up and was so happy,my wife called the Snoopy mobile shortly afterwards and I hated that name. Every time she wanted to piss me off she’d mention it lol. Unfortunately, the marriage didn’t last but I still have my white Miata since 91 😊
  30. Jagger, The Miata: My family raised me on The Rolling Stones music and as I got older I realized how important the stones are to my Cuban family so I named my car Jagger!jagger_themiata_118997525_243016543671482_4619233184073089593_n

Moss Motoring
02/10/2020
Name Your Car Day!

Our cars aren’t just mediums of transport, they are our companions. As we drive them, we get to know their little quirks and unique temperaments, we become attached and personalize them. Two weeks ago, we asked you to share some fun stories about what you named your car and why. We received tons of entries, and truly we enjoyed reading them all. A big thanks to all of you for participating and keeping things going especially in these tough times. It gives us the greatest pleasure to celebrate National Name Your Car Day with our enthusiastic classic car community. Here are some entries that we want to share with you all, take a look and enjoy!

  1. Judy Boyles: All Morgans: Blue +4 is Max, Green 4/4 4 seater is Sophie, Red +4+ is the SwanJudi Boyles
  2. Gatsby’s Garage: For #nationalnameyourcarday I decided (after seeing a post by @moss_motors ) to explain the whole story behind Gatsby’s Garage. When I first got my Spitfire, I was a sophomore in high school and only a few months before had read The Great Gatsby in English. Being the bookworm and history nut I am I thoroughly enjoyed the book. I was especially a fan of Jay Gatsby’s bright yellow, British sports car. When I myself got a bright yellow, British sports car, I decided that in homage to The Great Gatsby I would name my car after him. With the subsequent death of Gatsby and the arrival of my truck Babe, I needed a new name for my Instagram which was previously gatsby_the_spitfire. I talked with @the.dragon_wagon and he suggested Gatsby’s Garage, since my Spitfire now resides in the garage/shop out back and it has a nice ring to it. Thus, Gatsby’s Garage was born!gatsbys.garage_119234154_888302168360822_7000729514327829182_ngatsbys.garage_119445882_787763405099354_872448414814625329_n
  3. Steve Strublic: This is Gidget the ‘65 MG Midget. She’s been in my family for 45 years, though not always this good looking! I just liked Gidget as a good 60’s name… and it rhymes.steve strublic
  4. Paul Rogers: This is Hella! A 1970 Triumph Spitfire! Hella is the Nordic goddess of the dead realm, Her name means “one that hides” or “one who covers up.” The engine is a 2002 port injection 3.8L Buick V6, 5 speed transmission out of a 1998 Chevy S10 with a 4 cylinder, shifter came out of a Suzuki 4×4.paul rogers
  5. Kyle Darby: 1970 GT6+. Got the nickname because she really didnt want to wake up. Several years into my ownership, i spent several days trying to get the car to even just run. Wouldnt accelerate, wouldnt do much but idle. Got mad, left the car outside overnight and parked the 400 car in the garage. Swear, the next day it started running better. Was swapping between 2 distributors and neither would work.Kyle Darby
  6. Todd Morris: We did not build this racecar, Johnny Jones did back in the 60’s. We did have the privilege of bringing her back to life and racing her again this year (with Moss’s help). We don’t know if he ever named her..but we call her “Johnny’s Girl”!Todd Morris
  7. John P Smith: This is Edith. I just bought her from Ediths daughter Katie. John and Edith bought her on March 10, 1967 in Newport News VA. John passed away in 1988. In 1998, daughter Katie had her shipped out to CA with only 31,000 miles on her. Since then Katie has only put another 5,090 miles on before selling her to me a few weeks ago. While going through and organizing all the records by year, I named her Edith after the 99 year old original owner who is enjoying my daily progress on cleaning her up to get her ready to go back out on the road.John P Smith
  8. Ed Aldred: My daughter and I have a fairly large collection of cars and they all have names. My 73 GT6 is named Revenge after a particular pirate ship. My daughters 1966 Vauxhall viva sl is named Bluefish for its tails. Her triumph tr7 is named fishbone since it was about as much as we started with. My 61 consul capri is named beastly and my 1966 Herald is named Harold. Not to mention our american irons.
    Ed Aldred
  9. Kirk Cloud:  I called her red even though she was dressed up for Christmas as Santa and now she lives in Germany.Kirk Cloud
  10. James Scifo: Billy the GT 6… Name after my friend Billy who got me into these cars and recently passed away. I still have his ex triumph Bonneville motorcycle as a reminder of him.James Scifo
  11. Michael Schromm: Baby, she always needs some TLC. That’s Big Dawg in the back ground.Michael Schromm
  12. Rob West: My wife calls her “The Little Red Tart”, ’cause she’s apparently my mistress now. I call the green one “Flattery”, because it gets me nowhere.Rob West
  13. John Lightbody: My three MGBs and their names.😎John Lightbody
  14. Ric Anderson: Meet Ruby the Bugeye. AKA: My red-headed British Girlfriend.Ric Anderson
  15. Mikael Hougaard: Newcomer ‘Phileas Frogg’ in front, no name for my BT7 yet, maybe ‘Thirsty’ ?? 😀Mikael Hougaard
  16. Max Umphress: I have a 1964 Sprite named Oliver but everyone back home still calls him Tiny Car. Purchased from my aunt who bought it from a guy who bought it from the guy who would shortly after become her husband. I’ve had him on the road since 2013 thanks to my dad’s help and Oliver was a daily driver for about 6 years. Desperately in need of some new skin and bones but the horizon isn’t too far away I suppose. Bought 99% of all my parts from Moss, the 1% being a single OEM rim since mine was out of round and a radio from Ford & Garland in Des Moines since the thing only came with an aftermarket knuckle-grinder. Lots of love, blood, and sweat in this guy.

  17. Mike Schlundt: This is Lucy, Old Yeller and OttyMike Schlundt_LucyMike Schlundt_Old YellerMike Schlundt_Otty
  18. Scott Thomas: My 1967 Red MGB is called Scarlott. Because she is Red and also combination of mine and my fiancé’s names (Scott, Carla)
  19. Daniel Kammer: This is Mitzi, the itsy bitsy spitfire. She was rescued from a falling down garage one year ago. So far she has had the suspension gone over, engine resealed, timing and carb set, electronics sorted (sort of) and new tires. Shes a work in progress but a beautiful and willing driver!Daniel Kammer
  20. Todd: We did not build our racecar, Johnny Jones did back in the 60’s. We did have the privilege of bringing her back to life and racing her again this year (with Moss’s help). We don’t know if he ever named her..but we call her “Johnny’s Girl”.

Un pneu dans la tombe
02/07/2020
La Honda NX 125 d’Adrien, un p’tit trail façon enduro vintage !

La Honda NX 125 d'Adrien, un p'tit trail façon enduro vintage !

La tendance est à l’enduro vintage, et la Honda NX 125 d’Adrien, modifiée dans un style rétro avec de bonnes idées et trois francs six sous, s’inscrit dans cette mouvance… Je passe peu de temps sur Instagram… L’avalanche de hashtags ne suffit pas à masquer la pauvreté des fonctionnalités. Et le défilé d’autoportraits trop léchés […]

L’article La Honda NX 125 d’Adrien, un p’tit trail façon enduro vintage ! est apparu en premier sur Un pneu dans la tombe.

Moss Motoring
17/06/2020
Portland ABFM

By Michael Kotowski

Mind if I take a few measurements on this twelve footer?” I ask the guy at the trailer rental lot as I pull out my tape measure. “Go ahead,” he says, eyeing my classic Mini with a hint of suspicion. I measure the rear door and call out to my buddy Jeff, “five foot, eight inches.” I turn to my Mini and measure the widest part of the car. “Five foot, six inches,” I tell Jeff. “That’s gonna be close,” says Jeff. “Naw, it’ll be fine. We’ll just have to take it easy getting past the rear doors,” I say. “Whoa, hold it right there!” shouts the lot guy. “You can’t put a car in there!”

I anticipated this conversation and was fully prepared.“Why not?” I ask. “My Mini weighs less than 1400 pounds. That’s 800 pounds less than the trailer’s capacity,” I say. “Cuz it’s not a car trailer. No cars,” says the lot guy.

Jeff and I step away from the lot guy and have an under-our-breath conference.

“Okay,” I say, turning to the lot guy, “We’ll use the trailer to haul our pit equipment and figure out another way to haul the car.” I wink at Jeff. We hitch the trailer to my son-in-law’s Dodge Ram, and as we wave goodbye to lot guy, he shouts, “No cars!”

Thinking it might have been pushing our luck to ask the lot guy if he will also rent us some ramps, I decide to borrow a set from my son-in-law. We line the car up to the trailer and measure twice, push once—to paraphrase an old saying. Halfway up the ramp, we’re having second thoughts.

It’ll fit through the rear doors fine—with inches to spare—but there’ll be no room for one of us to get inside the trailer along with the car to chock the wheels, tie the car down, or even to stop it from smashing into the front of the trailer. Defeated, we sheepishly head back to the rental lot to return the trailer and get our deposit back.

“What’s wrong,” asks the lot guy, “car wouldn’t fit?”

PLAN B

Two airline tickets, an adjustment to our hotel reservations, and we were on our way to Portland, Oregon, for the “All British Field Meet,” the oldest and largest all British car event in the USA. As disappointed as I was that ‘Rosebud,’ my Mini, would not be joining us, I couldn’t help but look down from 38,000 feet at the highway below and think of the grueling 2,000 mile round trip we were avoiding. Perhaps this was the smarter move all along.

Jeff was the designated photographer. Despite numerous bags and cases of gear, he decided he needed to rent an additional telephoto lens. The fellow at the camera shop put a $10,000 encumbrance on his credit card and said, “Here ya go, don’t break it.” Yeah, the lens was that big. Jeff could have shot the entire event from our hotel balcony six miles away.

As if to make the huge and diverse fleet of British autos lined up on the grass field feel at home, Portland did its best in replicating authentic British weather—grey and drizzly with moments of pouring rain. That is not to say we didn’t have some nice sunshine in the mix. A particularly large downpour occurred during the banquet Saturday evening as Paddy Hopkirk began his presentation. The awning kept us dry and the sound system overcame the sound of the pelting rain.

Paddy charmed the crowd with tales of past glory, illustrated by vintage videos and images. He also brought us up to speed on his present-day efforts helping older drivers retain their driving skills through the “IAM RoadSmart” program.

The author along with Paddy Hopkirk and Eric Newland, the ABFM Chairman

The author along with Paddy Hopkirk and Eric Newland, the ABFM Chairman

Mr. Hopkirk is to Minis what Dan Gurney is to Ford. Although he is best known for his success in Minis, like Dan Gurney, he drove many different marques during his long and storied career. His first victory came in 1953 at the Cairncastile hillclimb in Northern Ireland driving a VW Bug.

Paddy’s driving skills behind the wheel of a Triumph TR3 got him noticed by Triumph’s manufacturer, the Standard Motor Company, where he went on to become a factory driver for Standard, and later, the Rootes Group, driving a Sunbeam Rapier and Hillman Husky. After a test-drive in Pat Moss’ Austin-Healey 3000 and being impressed with the car, Paddy signed up to drive for the British Motor Corporation and took his Austin-Healey 3000 to second place in the Liège-Sofia-Liège rally, despite driving on a shredded tire.

Paddy is perhaps best known for his astounding wins in the fabled Monte Carlo Rally, driving his Mini Cooper alongside Jaguars, Mercedes Benz’, Lotus-powered Cortinas, Ford Falcons, and a field of cars with three and four times the displacement of the diminutive Mini.

Michael Kotowski - ABFM 32

An outright win at Monte Carlo in 1964 along with co-driver Henry Liddon made Paddy Hopkirk a household name, at least in Europe. In 1982, he won the RAC Golden 50 in a Mini Cooper with co-driver Brian Culcheth. His ability to expertly pilot Mini Coopers continued into the 1990s as he and co-driver Alec Poole won the Pirelli Classic Marathon. In 2010, the newly created International Rally Hall of Fame inducted Paddy among its first four charter members. A well deserved honor, to be sure.

2019 was the 60th anniversary of the Mini, so of course it was the featured marque at the ABFM. While there were every manner of British car and vintage represented, clearly the Mini was front and center.

As we passed the empty stall reserved for Rosebud, I had a moment of regret—several moments, actually. Jeff and I were thoroughly enjoying ourselves at what was essentially Rosebud’s own birthday party, while Rosebud sat in a darkened garage a thousand miles away. It didn’t seem right. A few moments later the clouds darkened and it began to pour rain.

Spectators were caught short and began sprinting for the tents and awnings ringing the showgrounds. The car owners, on the other hand, who were, only moments ago, under the tents and awnings to get out of the sun, ran out into the rain and toward their cars with all the panic and alarm of a parent running to shield their child from a swarm of bees.

Michael Kotowski - ABFM 35

Flapping tarps were secured, bonnets hastily fastened, and scrapbooks hurriedly gathered up and thrown into boots. Cabriolet owners cursed their balky retractable top mechanisms while attempting to shield 70-year old leather interiors and walnut dashboard veneers from the onslaught. Once the immediacy of the moment had past, I’m sure their attention turned to the thorough soaking the mostly Lucas ignition systems received. It is ironic that automobiles manufactured in a country fabled for dampness fare so poorly during inclement weather. If there were ever an ode written to British cars, “Candle in the Wind” would be an appropriate title.

Sunday dawned bright and sunny, the clean, clear air freshly ionized from yesterday’s storm. The show cars were mostly replaced by an automotive swap meet. I say mostly because there were some stragglers, victims I assume, of wet ignition systems.

The swap meet prompted me to once again reaffirm my decision to leave the car at home. I’ve been known to over-purchase car parts, having only recently dumped the last of my leftovers on eBay from a restoration seven years ago. One checked bag and one in the overhead limits one’s ability to drag, say, a rusty sub-frame home.

The ABFM was held on the grounds of Portland International Raceway, and the track provided a much enjoyed soundtrack to the weekend event. There was no mistaking the thunder of the big bore racecars. Whenever the Mustangs, Cobras and Corvettes were running of the front straight, conversation on the showgrounds ground to a halt until the field was well on its way to Turn One. As enticing as the low-frequency thump and wallop of the V-8s were, it was the raspy, crackly note of the Minis that got Jeff and I off the lawn and into the bleachers. Four races and a field of thirty Minis on the track kept us entertained.

We positioned ourselves at the apex of Turn One. That afforded us a clear view of three, tight little turns that, along with some aggressive curb hopping provided moments when both inside wheels were airborne and it wasn’t at all certain the landing would end well.

By late Sunday afternoon it was time to go. Jeff and I tossed our swag bags into the back seat, hopped in our rented Ford Fusion and gave thanks for a dry floor and working windshield wipers. My plan, as soon as I returned home, was to go out into the garage with two slices of cake and a couple of candles for a private moment with Rosebud and wish her a happy birthday. MM

Chose intéressante…