Et pendant ce temps, ailleurs sur la toile…


24/09/2020
King of Tigers

Shere Khan

– From Rudyard Kipling’s well loved stories The Jungle Book a main antagonist is the bengal tiger who is lord over the animals of the tropical forests. The Disney version has the most feline character in a near Hobbes quality.

El Solitario MC
23/09/2020
WHEN TOO MUCH IS NOT EVEN ENOUGH

Norse mythology will never cease to amaze and offer us an infinite inspiration. Every time we read something we are bewildered and something new is revealed. As it couldn’t be in any other way the story of Fenrir the Wolf had to be one of our favorites. Fenrir is among the most awesome and complicated figures and has always fascinated us. 

At El Solitario we empathize so much with this legendary and demonized wolf, his traits and destiny, that became the inspiration to drop this sweater commemorating our 10th Anniversary and remembering the fallen that stood up to their dreams.

Historically has always been considered the evil who he finished Odin in Ragnarok.  An wolf demon of disproportionate dimensions, with power and rage to finish the world as we know it we, we still doubt he was the villain everyone want us to believe. 

If you are a newbie to Norse mythology, Fenrir was the son of demoniac Loki and Angrboda the giantess. Both parents of our wolf were enemies of the Gods and therefore were terminated by them. 

After all, whether Fenrir was the villain or the victim of life adversity, it was only natural that he stood up and fought for his family and what he believed.

“Fenrir, the giant wolf, could not be constrained by any means known to man, so the dwarves forged a chain, but not from metal. Nothing made by man could constrain Fenrir, so they forged it from the things we cannot see and the things we cannot hear. Like the breath of a fish… the sound a moving cat makes. The roots… of a mountain.”

Old things must die and new things shall come. That’s the rule. Norse Pantheon and the cosmos under Norse gods’ rule had to come to an end when their time was up. And they must be gone for the new generation of gods. It was a naturally selective process. 

“This is the story about Fenrir, the wolf begotten by deceit and pain.

The prophecy said he would kill Odin at Ragnarok.

Our wolf was growing and his anger getting out of control.

They tried to contain him with the chain of “tradition”, and they failed.

They tried to tame him with the chain of “law”, and they failed again.

Only with “consciousness,” a chain as light as unbreakable, did the wolf succumb. But he took with him the hand that fed him.

Dear Fenrir, we’ll see you tomorrow, at Ragnarok.”

El Solitario MMX


23/09/2020
Today’s view from the office…

Autumnal Equinox

– as the days shorten the weather maintains an optimum balance of sun and temperatures. In my mind this is perfect conditions. I had a site meeting so took the Tiger out for a prowl to enjoy the day.


22/09/2020
Repair 101

Duct Tape

– Moon River fender fix. The fine dust kicks up under spirited acceleration as the Apollo 17 astronauts venture up the slope of Taurus-Littrow valley in search of geological samples. Gene Cernan and Harrison Schmidt were the last people to venture past low earth orbit nearly 48 years ago. A damaged fender was repaired by taping moon maps together and clamping them across the mesh tires.


20/09/2020
How much is that doggy in the window?

Old Hardware Store

– on our return drive from a weekend away we stopped at the hipster town of Three Oaks MI. In one of the dusty window displays at an old hardware store stands a couple of vintage bikes. A 750cc Triumph Bonneville and a Norton Commando. I’ll have a 1/2lb bag of 6d nails please!


19/09/2020
After Akira

Manga Anime Inspiration

Quick sketch of a Tiger and it’s rider in Shōtarō Kaneda style from the cult Japanese Akira film.

Virage8
18/09/2020
Les tractions des pique-niques de Reims Gueux

Que serait l’histoire de l’automobile Française, voire mondiale, sans la Traction Avant Citroën ? Révolutionnaire à son époque, elle ouvre la voie industrielle à l’automobile moderne avec sa traction avant bien sûr, mais également sa structure monocoque, ses 4 roues indépendantes et des freins à tambour à commandes hydrauliques, tout cela en 1934 alors que l’énorme majorité des autos sont encore sur deux essieux rigides, un châssis sur lequel est encore montée une carrosserie à montants en bois et bien souvent des freins à câbles ! Elle sera produite jusqu’en 1957, et sans rentrer dans les détails en 3 motorisations, les 7, 11 et 15 chevaux. Nous en avons rencontré quelques-unes lors des « Piques niques de Jean Mi » organisé par les amis du circuit de Reims-Gueux.

La traction eut sa version cabriolet appelée roadster d’une grande élégance, celle-ci (origine, réplica?) est équipée des roues à rayons Robergel, des accessoires adaptables très en vogue à l’époque.

Non, ce n’est pas un coffre à bagages que commande la poignée (encore que !) mais ce que l’on appelle un « Spider ». En l’ouvrant on découvre une banquette qui permet à deux passagers, très aérés (!) d’y prendre place ! Notez les petites marches sur l’aile arrière droite permettant d’y monter sans marcher sur la carrosserie et le porte-bagage pliant accessoire, car il va bien falloir transporter quelques bagages !

Le volant Quillery était également un accessoire recherché à cette époque.

Très accessoirisée cette 11 roadster avec ses projecteurs additionnels Marchal, souvent un « longue portée » à gauche et un « anti-brouillard » à droite, les deux  avertisseurs « de route  » Robri des must de l’époque.

Le fin du fin était d’ajouter une mascotte de radiateur évoquant bien souvent la vitesse

« Un jour on m’a donné une 11, je ne l’ai pas gardé, non, non, la vraie traction c’est la 15 ! » Vous l’aurez compris, Thierry Lelouvier est un inconditionnel de la Traction 6 cylindres ! La « reine de la route » était l’auto des notables, mais aussi des voyous grâce à ses performances, la police, elle, n’ayant que des 11 ! les films noirs des 50′ en sont remplis, mais c’était aussi l’auto du « Général » avant la DS.

La »15″ se reconnaît à sa calandre chromée, sur les « 11 » elles étaient peintes, à ses phares plus gros, son museau allongé, ses enjoliveurs de roues différends et ses pare-chocs plus massifs et puis au son de ses 6 cylindres !

Le macaron « 15, 6 cyl » pouvait s’ôter pour introduire une robuste manivelle afin de démarrer le gros 6 cylindres culbuté tout en fonte lors de la défaillance de la batterie, alors une modeste 6 volts, bon courage ! Notez les deux avertisseurs « de route » Gurtner.

Cette 11 « légère » n’est pas restaurée et conserve sa patine « sortie de grange » ou « découverte ». 

Une « 11 » 4 cylindres équipée des roues à palettes « Pilote » jaune sur les 11 BL de 1938.

Non, toutes les tractions n’étaient pas noires, cette 11 de 1954 est « gris Bruyère »

Pour l’anecdote, la première auto de votre serviteur était une 15/6 il y a …. longtemps ! photo Bernard Thanron

Cet article a été rédigé par Alain Berson et publié pour la première fois sur Virage8 le XXX

Crédits photos Alain Berson

L’article Les tractions des pique-niques de Reims Gueux est apparu en premier sur Virage8.


18/09/2020
虎 Tora

Japanese Tiger Silk Painting


16/09/2020
Bud Ekins

“We all wanted to be Steve. Steve wanted to be Bud”

El Solitario MC
15/09/2020
EL SOLITARIO RANCH

El Solitario stands for the endless curiosity to bring people, places, and organizations together. At the center of this, it is that we’re always exploring new potential, pushing new limits and think in a completely different way to study, defend and pursue our freedom on two wheels.

This has converted El Solitario Ranch into a creative hub in the motorcycle world, where industry people continuously roam and call. We invite you to come and have a good time with us, becoming part of our lives and of our conversations. A subtle but powerful way to communicate, and the perfect ecosystem for ideas and opportunities to arise.


15/09/2020
Atari

Video Games

– 8 Bit graphics in bright colors. Shifting perspective and panning horizon. High scores and top speeds. Blocky pixelations but excitement was guaranteed.


13/09/2020
Algonquin Road Loop

Route 62

– Ideal weather gave an opportunity for a short circuit along an unridden Route. West along Oakton to meet the gently meandering north west road from Mount Prospect through the Barrington’s towards the Fox Valley. Passing through some wooded swathes of Forest Preserves with Fall bloomed clearings between deeply shaded boughs. A cut back along County Line Road through Wauconda and a quick detour to the Gentleman Farm at Lakewood Forest Preserve. Then a spin back towards the Lake along 176 to Lake Bluff.

(I didn’t take any photos today. These were downloaded from Google.)


12/09/2020
Baz

“Don’t wait for your ship to come in;

swim out and meet the bloody thing!” Barry Sheene (1950-2003) He would have been 70 yesterday.

Virage8
10/09/2020
Pierre Gasly à Monza, que la victoire et la leçon sont belles !

Pierre Gasly a remporté de la plus belle des manières un magnifique Grand Prix d’Italie de Formule 1 à Monza dimanche dernier. Parti en 10ème position sur la grille de départ, il a su bénéficier des événements mais plus que tout il a déroulé une stratégie et un pilotage parfaits pour se porter en 3ème position au drapeau rouge puis repartir en seconde position lors du second départ qui signifiait une P1 dès que Lewis Hamilton purgea sa pénalité.

P1, il a su la conserver malgré la très belle remontée de Carlos Sainz qui échouait à 0,4 secondes au baissé du drapeau à damiers. Tout ceci au volant d’une Alpha Tauri qui n’est pas, loin s’en faut, la voiture la plus performante du plateau ! Un magnifique exploit, une très très belle performance !

Cette victoire signait également la fin du purgatoire dans lequel les dirigeants de l’équipe Red Bull l’avait mis il y a un an. Après avoir confirmé pendant l’été 2019 que Pierre Gasly finirait la saison au volant d’une Red Bull, ils le rétrogradaient dans l’équipe seconde (dénommée alors Toro Rosso) deux semaines plus tard ! Une incroyable façon de gérer ses talents digne des plus mauvais managers. Ravalant sa frustration, Pierre Gasly décidait que la plus belle manière de montrer tout son talent était sur la piste et nulle part ailleurs. Ce qu’il fit consciencieusement pour aboutir à une magnifique seconde place au Grand Prix du Brésil 2019 et à cette victoire en Italie !

Une personne doit être jugée à l’aune de ses actes et de ses réalisations plutôt que les paroles et décisions d’autrui. Pierre Gasly, ce jeune homme de 24 ans, nous l’a rappelé lors de ce Grand Prix d’anthologie et ce n’est pas la moindre de ses victoires ! Bravo Champion !

Crédit photos variés

Cet article fut rédigé et publié pour la première fois sur Virage8 le 10 Septembre 2020

L’article Pierre Gasly à Monza, que la victoire et la leçon sont belles ! est apparu en premier sur Virage8.

El Solitario MC
09/09/2020
EL SOLITARIO OUTLAW TACTICAL VEST

The trite mythos of the outlaw; the self-conscious romanticism of the outlaw; the black wardrobe of the outlaw. These were our inspirations to create the ultimate carrying system to accompany us in our wildest adventures. Unwilling to wait for mankind to improve, the outlaw lives as if that day was here. Outlaws are can openers in the supermarket of life.

At El Solitario we dictate trends. We do not follow them. This is why it was in 2012 when we started experimenting with tactical vests, years before anyone had ever flirted with this idea. We understood that to be prepared is half the victory and MOLLE vests are the best carrying system available to mankind – due to their customization possibilities and facility to distribute weight – and we did not stop until we manufactured the best possible solution to keep you safe and sound when off the beaten track.

The OUTLAW VEST is made with military specifications ensuring its long life, in every type of condition. The material is water-resistant ultra-light and able to face any kind of weather and / or abrasion. And remember that there are always outlaw maps that lead to outlaw treasures. You only need to step out of your comfort zone and go after them. 

“The difference between a criminal and an outlaw is that while criminals frequently are victims, outlaws never are. Indeed, the first step towards becoming a true outlaw is the refusal to be victimized. All people who live subject to other people’s laws are victims. People who break laws out of greed, frustration, or vengeance are victims. People who overturn laws in order to replace them with their own laws are victims. ( I am speaking here of revolutionaries.) We outlaws, however, live beyond the law. We don’t merely live beyond the letter of the law – many businessmen, most politicians, and all cops do that. We live beyond the spirit of the law. In a sense, then, we live beyond society. Have we a common goal, that goal is to turn the tables on the ‘nature’ of society. When we succeed, we raise the exhilaration content of the universe. We even raise it a little bit when we fail. ‘When freedom is outlawed, only outlaws will be free.’ 

Tom Robbins

Virage8
09/09/2020
Mercredi

Mercredi, jour des enfants. De ceux qui ont grandi depuis la photo prise à côté de leur père, chacun sur sa machine, tout deux prêts à engager la première et aller faire un tour. Une photo prise aux confins de la seconde guerre mondiale qui amène le jeune garçon à être grand père aujourd’hui avec tous ces souvenirs voire la transmission de sa passion à ses enfants et petits-enfants.

Crédit photo inconnu

Cet article fut rédigé et publié pour la première fois sur Virage8 le 9 Septembre 2020

L’article Mercredi est apparu en premier sur Virage8.

Virage8
07/09/2020
Début de semaine

Un début de semaine qui sonne comme un début d’année pour ce qui nous concerne. Après ce week-end passé à partager nos passions avec des amis proches, à moto et en auto, nous voici face à une année de préparation de la prochaine édition de Motors and Soul les 4 et 5 septembre 2021 mais aussi des voyages et des articles sur notre site. De quoi se réjouir malgré la tâche, ou plutôt grâce au plaisir, immenses qui nous attendent durant ces 365 jours !

Excellent début de semaine à toutes et à tous !

Crédit photo inconnu

Cet article fut rédigé et publié pour la première fois sur Virage8 le 7 Septembre 2020

L’article Début de semaine est apparu en premier sur Virage8.

Virage8
04/09/2020
Week-end

A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous aurions dû être en train de mettre la dernière main à la préparation de la 7ème édition de notre Festival Motors and Soul. Au lieu de cela, par notre décision prudente (et indépendante des décisions des autorités compétentes à autoriser, ou non, tel ou tel rassemblement) de ne pas solliciter en vain les bénévoles qui contribuent à l’organisation du Festival, cette 7ème édition aura lieu les 4 et 5 Septembre 2021.

Le week-end qui s’offre à nous dans quelques heures sera donc celui des Rides moto et des Balades auto en petits groupes plutôt que celui d’un grand rassemblement. C’est l’occasion également, de revoir les reportages réalisés par M6 Turbo et par C8 Direct Auto sur les éditions précédentes de Motors and Soul.

Excellent week-end à toutes et à tous, et rendez-vous aux 4 et 5 Septembre 2021 !

C8 Direct Auto
« Si le Paradis existe, on y a goûté ! » Grégory Galiffi et son ami Fred Kauffer (Auto Storica Paris) le disent : « il y a motos et autos, et de toutes origines, américaines, anglaises, françaises, autant pour les motos et tout le monde se mélange. C’est vraiment un très très bel événement oui. Il y a tout, il y a de la passion avant tout ! »

M6 Turbo
Safet Rastoder le dit : « Motors and Soul devient au fil du temps un rendez-vous incontournable pour les passionné(e)s de motos et d’autos de caractère, c’est donc en région parisienne que l’on découvre pour vous ce rassemblement pas comme les autres, Motors and Soul c’est tout simplement le culte de la mécanique Rock’n’Roll. Une nouvelle façon d’aborder la voiture ancienne, un Festival convivial mais surtout pas pompeux. »

Crédit vidéos M6 Turbo et C8 Direct Auto

Cet article fut rédigé et publié pour la première fois sur Virage8 le 4 Septembre 2020

L’article Week-end est apparu en premier sur Virage8.

Virage8
03/09/2020
Concours d’Elégance de Hampton Court Palace, du 4 au 6 septembre 2020

En tant que fervents admirateurs de la chose mécanique, nous ne pouvons rester indifférents à la participation d’Andrea et Steven Prevett au volant de leur magnifique Aston Martin DBS V8 de 1971 au Concours d’Elégance de Hampton Court Palace le week-end prochain sous le haut patronage de son Altesse Royale Michael de Kent, cousin d’Elisabeth II, Reine du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord.

Cette auto et son équipage nous sont bien connus puisque le tout premier Concours qu’ils ont remporté est celui de la 4ème édition de Motors and Soul en 2017. Tout comme à Motors and Soul, peut-être se présenteront-ils habillés à la mode des 70’s, ou pas. Quoi qu’il en soit, nous leur souhaitons de vivre un week-end hors de l’ordinaire comme celui qu’ils étaient venus vivre avec nous en 2017. Une rencontre qui scella leur goût pour nos événements avec leur participation à la 5ème édition de Motors and Soul en 2018 et plus récemment à notre voyage sur Les Grandes Alpes en août 2020 !

On se rêve au volant de la DBSV8 sur cette petite route anglaise

Une première participation à Motors and Soul et déjà le premier prix du Concours de Style ! 

La DBSV8 est fin prête pour le Concours d’Elégance d’Hampton Court Palace, souhaitons lui bonne chance ! 

Crédit photos Andrea & Steven Prevett et Christophe Batut

Cet article fut rédigé et publié pour la première fois sur Virage8 le 3 Septembre 2020

L’article Concours d’Elégance de Hampton Court Palace, du 4 au 6 septembre 2020 est apparu en premier sur Virage8.

Virage8
03/09/2020
Laverda 750 SFC, l’icône orange des 70’s

La Laverda 750 SFC reste, de par sa rareté et sa forte personnalité, l’une des icônes les plus recherchées parmi les motos italiennes d’endurance du début des 70’s.

Un peu d’histoire

Avant la seconde guerre mondiale, Laverda était une firme prospère qui fabriquait du matériel agricole dans la ville de Breganze. Après, dans une Italie dévastée par la guerre, la reprise est difficile et Francesco Laverda voit l’opportunité de relancer l’activité de son entreprise avec des motos de petites cylindrées dont les Italiens ont un besoin crucial pour se déplacer à moindre frais. En 1947, la première moto Laverda sera donc une 75 cm3 à moteur 4 temps culbuté. Il faut bien dire qu’elle ne se démarque pas particulièrement des très nombreuses autres petites utilitaires italiennes de cette époque, si ce n’est par sa robustesse, cependant, la course étant toujours au centre des préoccupations mécaniques des Italiens, une version sportive du 75 ne tarde-t-elle pas à voir le jour et à être engagée dans les grandes classiques comme Milan-Tarente et le Giro d’Italia.

Les 75 cm3  Laverda durant une des nombreuses courses sur route italiennes des années 50

De nombreuses victoires de classe sont obtenues, asseyant la réputation de la marque. Un 100 cm3 suit et, en 1957, Laverda est une marque célébrée pour ces petites cylindrées rapides et solides.

Lino Marchi sur un 100 cm3 Laverda lors du MotoGiro 1956. Il va remporter la catégorie à près de 100 km/h de moyenne !

Mais le marché moto s’effondre avec l’arrivée de la célébrissime Fiat 500 et les firmes italiennes ferment les unes après les autres. Pour Laverda dont l’activité est heureusement supportée par le secteur agricole qui a bien redémarré, après plusieurs essais infructueux, un scooter, une moto de 200 cm3, et avec l’arrivée aux commandes de Massimo Laverda, les motos utilitaires sont abandonnées au profit de motos destinées aux loisirs.

Une 125 cm3 sport, déclinée aussi en trail, redresse la situation et, à la suite d’un voyage aux Etats-Unis, Massimo pense à une moto de grosse cylindrée qui pourrait aussi être importée là-bas. Il arrive à convaincre son père que le salut se situe dans une moto de grosse cylindrée, dans un marché où les motos anglaises stagnent sans grandes nouveautés. Un premier prototype voit donc le jour en 1966 avec un moteur vertical twin de 650 cm3 très inspiré de celui de la Honda CB 77 de 305 cm3 que Massimo a pu étudier aux Etats-Unis.

Le tout premier prototype de 650 cm3 en 1966. Notez le feu arrière identique à celui des BMW Serie 2, les compteurs/compte-tours Britannique Smith et les silencieux des Guzzi V7

Lancée en 650 cm3 avec quelques exemplaires, une version 750 cm3 la remplace rapidement. La Laverda 750 cm3 entre effectivement en production à partir du 16 Mai 1968, dans un marché avide de nouveautés, avec un moteur bien plus moderne que ce que propose la concurrence : carters à ouvertures horizontale, 1 ACT commandé par chaine double, démarreur électrique etc.

De la SF (Super Freni) à la SFC (Super Freni Competizione)

Avec 52 ch. à 6 700 tr/min elle est alors dans la bonne moyenne avec des équipements de qualité, fourche et amortisseurs Ceriani, jantes aluminium Borrani, un frein avant Grimeca double cames de 230 mm, des éléments électriques Bosch et un ensemble compteur/compte tours Smith.

La première version de la Laverda 750 cm3

Lui succède en 1969 une version plus sportive, la 750 S avec un rapport volumétrique augmenté, un arbre à cames (4/S) plus performant et des carburateurs DellOrto de 30 mm. La puissance passe à 60 ch. à 6 900 tr/min. Puis en 1970 arrive la SF ou Super Freni avec de nouveaux freins à tambour réalisés par Francesco Laverda en remplacement des Grimeca peu efficaces. Ce nouveau frein à tambour avant de 230 mm utilise un système de levier et de tige destiné à éliminer l’effet auto bloquant des systèmes de freinage conventionnels à double cames pouvant entraîner un blocage des roues.

Une premières 750 SF (Super Freni) 1971. Notez la généreuse écope d’air du tambour de frein

L’usine Laverda engage alors des motos qui participent à toutes les grandes épreuves européennes d’endurance. En 1970, les 750 SF connaissent des succès remarquables avec une victoire au 500 km de Monza, un podium complet 1-2-3 aux 24 Heures d’Oss en Hollande et une troisième et sixième place au Bol d’Or en France. Cependant, l’arrivée des 4 cylindres japonais renforce la concurrence. Massimo Laverda demande alors à Luciano Zen, le concepteur de la 750, de créer une version course dérivée de la moto de série, ce sera la 750 SFC.

Dérivé du 750 SF, le moteur est largement modifié. Un arbre à cames plus radical (appelé 2/C) est installé dans une culasse retravaillée avec de plus grosses soupapes, les culbuteurs sont polis et allégés et des carburateurs Amal concentriques MK 1 de 36 mm remplacent les Dell’Ortos de 30 mm. Les échappements sont en 40 mm de diamètre terminés en mégaphones et fabriqués sur mesure. Une boite de vitesses à cinq rapports rapprochés est montée et le vilebrequin et les bielles, très lourds d’origine, sont soigneusement allégés, équilibrés et polis. La puissance grimpe à 70 ch. à 7 200 tr/min et chaque moteur est testé dynamiquement pour en garantir la puissance. Le cadre est renforcé par des manchonnages et le frein avant est, au choix, soit le Laverda standard ou un Ceriani à quatre cames en option. L’aspect est également nouveau, avec un réservoir d’essence de 23 litres très long en aluminium et fait à la main, une selle monoplace avec un dosseret, un demi-carénage en fibre de verre ainsi qu’un garde-boue avant réduit à sa plus simple expression, le tout peint en orange vif, une couleur choisie pour rendre les motos facilement identifiables sur la piste. Destinées principalement aux épreuves d’endurance, la SFC est dotée d’un optique de phare Carello bi-iode (deux lampes H1). De 1971 à 1975, les Laverda 750 SFC sont construites à la main sans objectif de rentabilité et en petite quantité.

La Laverda 750 SFC lorsqu’elle a été présentée au salon de Milan 1971

En 1971 20 exemplaires sortent de l’usine de Breganze, toutes destinées soit à des importateurs, soit à des clients triés sur le volet. Les succès ne se font pas attendre. Les SFC remportent les Six Heures de Zeltweg puis les première, troisièmes et quatrièmes places aux 24 Heures de Montjuic à Barcelone, à nouveau les 24 heures d’Oss, l’épreuve de Vallelunga (Italie), les deux premières places des 500 km de Modène ainsi qu’à Imola et une deuxième place au Bol d’Or à Monthléry.

Une version 1971 de la SFC. Le phare protubérant bi-iode Carello sera abandonné sur les versions ultérieures, toutes les SFC seront de couleur Orange

Suite à ces bons résultats une nouvelle série est construite pour la saison 72, les chiffres de production ne sont pas clairs et varient entre 60 et 80 exemplaires. La moto est légèrement modifiée. Au niveau moteur de nouveaux rapports de boite « close ratio » sont intégrés, des pistons « Mondial » ainsi qu’une pompe à huile de plus grand débit sont adoptés et une nouvelle ligne d’échappement qui passe sous le moteur améliorant ainsi la garde au sol. La fixation du bras oscillant arrière est renforcée et le réservoir à essence en aluminium est remplacé par un élément en polyester.

La version 1972 comporte quelques modifications  d’ordre esthétique dont le réservoir en aluminium remplacé par un élément en matière synthétique, le phare dorénavant mieux intégré etc.

Les évolutions : 1972/73/74

En 1973, la concurrence s’est renforcée. A Breganze on cherche à améliorer les SFC d’usine. Trois motos sont fabriquées avec des carters moteurs en magnésium, des culasses modifiées et des embiellages très allégées, mais les motos deviennent fragiles et les résultats en chute. Dépassées par la concurrence au niveau international, les Laverda 750 SFC vont trouver refuge dans les divers championnats nationaux en 750 cm3 dont le très relevé championnat italien. Dans ce but, en 1973, une SFC avec des modifications majeures est présentée au salon de Milan. Au niveau du moteur un nouvel embiellage comportant des bielles plus fines, il ne pèse plus que 12.5 kg contre 15 kg précédemment, de nouveau pistons Mondial qui font passer le rapport volumétrique à 9,8:1. L’ensemble cylindres/culasse voit son refroidissement amélioré par un plus grand nombre d’ailettes. Les diamètres des conduits d’admission de la culasse passent à 36 mm et si la taille des soupapes ne varie pas, le diamètre de leurs queues diminue de 8 à 7 mm, l’arbre à cames est nouveau (5/C) et les culbuteurs sont allégés. Les carburateurs Amal sont remplacés par des DellOrto de 36 mm de diamètre et, en option, une ligne d’échappement 2-en-1 est disponible. La partie cycle n’est pas en reste, la partie arrière est 4cm plus basse, un nouveau bras oscillant monté sur bague bronze est adopté ainsi qu’une fourche Ceriani avec des tubes de 38 mm et la SFC passe au freinage par 3 disques pincés par des étriers Brembo à deux pistons.

En 73/74, la SFC passe aux freins à disques et adopte de nombreuses modifications techniques au niveau du moteur et de la partie cycle. Notez l’échappement 2-en-1 optionnel

 

En 1974, une centaine de SFC sont importée aux USA. Pour cela elles sont équipées de clignotants et d’une instrumentation Nippon Denso. Au pays des guidons « corne de vache » et des grandes ligne droites, les ventes furent plutôt… lentes !

Les dernières évolutions : 1975/76

En 1975, la Laverda 750 SFC n’est ni la plus rapide ni la plus puissante des 750 cm3. Aussi l’usine de Breganze produit une nouvelle série de SFC améliorée et appelée « Elettronica » car dotée d’un allumage électronique Bosch. La partie-cycle reste identique à celle de 1974 mais c’est au niveau du moteur que les améliorations sont apportées. La modification la plus visible est l’ajout d’un radiateur d’huile récupéré des 1000 3C. La culasse est à nouveau redessinée avec une nouvelle chambre de combustion comportant des zones de Squish plus importantes et l’angle des soupapes d’admission passe à 33°. L’arbre à cames est un nouveau « full race » 6/C. L’usine de donne pas de nouvelles données de puissance mais les contemporains qui ont eu la chance d’en piloter une, estiment que les 75 ch. de la version précédente sont largement dépassés. En 1976 une dernière version voit le jour avec 33 exemplaires. La seule modification majeure est l’adoption de roues en aluminium moulées à 5 branches de marque Flam.

La majorité des historiens de la marque estiment que 549 SFC ont été produites, les documents de l’usine faisant preuve d’une clarté toute italienne !!

1976 voit les dernières évolution de la SFC qui est maintenant bien dépassée lors des courses d’endurance internationales. La principale évolution est l’adoption de roues en aluminium à bâtons et d’un allumage électronique

Les SFC dans la course

Massimo et Piero Laverda était persuadés que des bons résultats en compétition influaient sur les ventes. Dès 1969, trois 750 S sont préparées pour l’épreuve de 24 Heures courue sur le circuit Néerlandais d’Oss, une des motos termine en 4ème position. En 1970, sous l’égide sur Motor Club de Milan est organisée à Monza une course de 500 km pour moto de production. Deux SF sont engagées, Brettoni/Angiolini remportent l’épreuve avec une autre Laverda 3ème. De retour aux 24 Heures d’Oss avec 3 SF, les Laverda terminent aux 3 premières places. Dans la foulée, les 6 heures de Zandvoort voient également une Laverda l’emporter. Le Bol d’Or est déjà redevenu l’épreuve la plus importante de la saison d’endurance. Couru à Monthléry, Brettoni/Angiolini s’y classeront 3ème et Dossena/Auzard 6ème. Pour 1971, la concurrence des multicylindres devient de plus en plus importante en endurance et la SFC est créée afin d’y répondre. La saison débute par un doublé lors de la Shell Gold Cup à Imola. En Italie, le très populaire trophée Gino Magnani est lancé. Cette année-là il est réservé aux 750 cm3. Aux 500 km de Monza, Brettoni/Angiolini terminent second derrière une Triumph mais les 500 km de Modène et de Vallelunga n’échappent pas aux Laverda. En Autriche, sur le circuit de Zeltweg, Brettoni et Cretti prennent les deux premières positions du Trophée Steiermark. Aux 24 Heures d’Oss, Hutten/Angiolini placent leur SFC à la première place avec une autre SFC 4ème. Les 24 Heures de Barcelone sur le difficile circuit de Montjuich sont dominées par la SFC de Brettoni/Angiolini avec deux autres Laverda en 3ème et 4ème positions. Enfin au Bol d’Or, couru au Mans cette année-là, Brettoni/Cretti terminent second.

La saison 1972 débute bien avec 2 SFC aux premières places du Magnani Trophy à Modène, la suite est moins glorieuse les multicylindres japonais étant de plus en plus compétitifs. Néanmoins les 24 heures de Barcelone voient la SFC de Brettoni/Pescucci chuter alors qu’elle est en tête et Gallina/Schreyer placer une SFC en seconde position avec deux autre SFC en 4ème et 6ème position. Pour 1973, il est devenu clair que le principe d’une moto de course dérivée de la série est maintenant révolu, au moins au niveau international. Aux 500 km de Modène, 10 SFC sont engagées, Faccini/Bonali terminent seconds derrière une Suzuki TR750 3 cylindres 2 temps. Une autre SFC se classe seconde à Misano. Une dernière victoire internationale survient aux 24 Heures d’Oss où les néerlandais Strijbis/van der Wal l’emportent. Le Bol d’Or 1973 démontre que la SFC est maintenant dépassée, les Français Rouge/Auzard terminent 9ème. Il sera encore possible de rencontrer longtemps des SFC dans des courses mineures entre les mains de passionnés, bien avant qu’elles ne deviennent des icones pour des collectionneurs de motos de caractères.

Éclaté d’un moteur de 750 Laverda. A la fin de 60’s c’est un moteur très moderne et très inspiré de celui de la Honda CB 77 305 cm3

Crédits Photos : Laverda, Two Wheels, Lutziger-classiccars, Classic Driver, Alpha Autos, DR.

Cet article a été rédigé par Alain Berson et publié pour la première fois sur Virage8 le 3 Septembre 2020

L’article Laverda 750 SFC, l’icône orange des 70’s est apparu en premier sur Virage8.

Virage8
31/08/2020
Le Hyskeir, le survivant de Dunkerque

Un magnifique bateau a accosté à Port Joinville : Le Hyskeir. Ce splendide yacht britannique fabriqué en 1937 est, de plus, un monument historique. En effet, il a participé en 1940, avec 700 autres bateaux, à l’opération « Dynamo », l’évacuation des troupes britanniques de Dunkerque.

Comme beaucoup d’autres « gentlemen’s yachts » et petites unités, il a embarqué des soldats au plus près des plages et, dans un premier temps, servi de navette entre ces dernières et de plus grosses unités, avant de rejoindre la Grande-Bretagne. Durant cette opération il a reçu un certain nombre d’éclats d’obus.

Décoré par la famille royale britannique et par la ville de Dunkerque, il fait partie des 150 bateaux actuellement survivants de cette opération.

C’est à Rosneath en Ecosse qu’il a vu le jour, dessiné par l’architecte marin John Bain. C’est une construction classique en bois pitchpin et teck sur membrures chêne avec un pont latté en teck. Maintenant basé en France dans la rivière d’Auray, il est dans un état exceptionnel et un régal pour l’œil.

Crédit photos inconnus, Alain Berson, DR

Cet article a été rédigé par Alain Berson et publié pour la première fois sur Virage8 le 31 Août 2020

L’article Le Hyskeir, le survivant de Dunkerque est apparu en premier sur Virage8.

Virage8
31/08/2020
Début de semaine

Début d’une semaine qui sera placée sous le double signe de la rentrée des classes et Tour Auto Optic 2000 ! Une semaine pendant laquelle nous suivrons les aventures de nos amis François Allain et Stéphane Ruaud au volant de leur Citroën GS. Une auto des 70’s bien sympathique qui rappellera de bons souvenirs aux spectateurs sur les routes de France depuis Paris jusqu’au circuit du Castellet. Une bonne ambiance et de belles rencontres en perspective !

Excellent début de semaine à toutes et à tous !

Crédit photos François Allain et Peter Auto

Cet article fut rédigé pour la première fois sur Virage8 le 31 Août 2020

L’article Début de semaine est apparu en premier sur Virage8.

El Solitario MC
19/08/2020

Ladies & gentleman, El Solitario is proud to present the 10th take on ESMC’s <<REWIND, a series of interviews with the people that rock our Moto-World®, centered around the music that shaped their lives. Music is a moral law. It gives soul to the universe, wings to the mind, flight to the imagination, and charm and gaiety to life and to everything

For the 10th <<REWIND, we had the chance to chat with our dear Bob AKA: The Bloody Beet Roots, while he was in LA recording with Tom Morello, and he told us about those ten records he would take to a deserted island.

The Sex Pistols – Never Mind The Bollocks

“Anarchy in the UK“ was the first vinyl I ever bought. Shortly thereafter, the Sex Pistols became one of the most influential bands of my life and punk settled in as a lifestyle. Fate brought me to meet Steve Jones on his radio show in Los Angeles 20 years later. We became good friends and when I’m in LA, we always have good chats over dinner at Da Pasquale on Santa Monica Boulevard. Life can be surprising. 

The Prodigy – The Fat Of The Land

This record changed the rules of electronic music forever, bringing the energy of rock into the rave, and vice versa. Without the genius that is The Prodigy, my TBB project would have never existed. I consider them pioneers. In my opinion, no one has managed to think so far ahead of their times like this group did. RIP Keith Flint, forever in my heart.

Chemical Brothers – Surrender

If there is anyone who has taught me not to demonize four-on-the-floor to the alternative rock audience, those are The Chemical Brothers. Their masterful use of chord progressions and grooves that are never taken for granted made this album a milestone in the universe of contemporary music. As far as my favorite songs from this album, it’s hard to choose – there’s one for every hour of the day.

The Beatles – Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band

I was a young child when I picked up this vinyl for the first time, attracted to the multicolored cover, I was absolutely NOT aware of what could happen to me in the future. So much so that this record accompanied my whole childhood. Little did I know that when I grew up, I would be lucky enough to collaborate with Sir Paul McCartney on a song. As I said before, life really is incredible, 

Rage Against The Machine – The Battle of Los Angeles

If there was one thing that I have always tried to imitate, it’s the chaotic energy that this band was able to release live. I have consumed, studied, and decomposed this record in all its parts and what remains is still one of the best records ever written and performed, period. And what do you know, I got a message from Tom Morello to talk about producing his new album. It’s happening now in 2020. Am I repetitive if I say life is a fucking adventure? Let’s go!

Refused – The Shape Of Punk to Come

This is hands down, one of the most avant-garde punk records in the history of this genre. It was shocking for me to listen to this piece of work, it has all the elements to win over any stage in the world. Refused release their best live, and songs like “Rather Be Dead” or “New Noise” are still anthems of the freedom we should learn to follow. Newer generations of artists should absolutely study this piece of music in order to understand how to make a revolutionary album.

DJ Shadow – Endtroducing

This record reminds me of how much research and crate digging DJs used to do in the 90s. The art of sampling was an intense study which required an extensive knowledge of music. I advise you to listen to this record with clean ears, with an inclination to open your mind. DJ Shadow is another pioneer that must not be forgotten and this record affirms that statement. 

Massive Attack – Mezzanine

Ever heard of trip-hop? This album definitely changed the history of music. It made me discover the importance of going slowly; of going deep. In its own way, this too is a punk record – it is subversive, dense and suffocating, sometimes claustrophobic. I loved Massive Attack.

Wendy Carlos – Switched on Bach

Back in the 60s, Wendy Carlos took a collection of pieces by composer Johann Sebastian Bach and made incredible transformations in a totally electronic key using a Moog synthesizer. What else can I say? Overall, it’s just so minimal yet so accurate in detail. It was one of the first visions of classical music translated into a language that, at the time, was blasphemous. I consider it pure art, in its beauty and never cold performance of a solid pillar of modern music.

Jay-Z – The Black Album

The Black Album is a great record that should have been Jay-Z’s last – it’s his best from my point of view. It has innovative sounds and it’s certainly a piece of history that nestled Jay-Z in the collective imagination. It teaches listeners how to reinvent yourself without losing artistic integrity, an excellent lesson still today. This album continues to sound new.

OTHER << REWINDS:

<< REWIND 9: https://elsolitariomc.com/blog/2016/03/22/fita/

<< REWIND 8: http://elsolitariomc.com/2015/11/rewind-8-lennard-schuurmans/

<< REWIND 7: http://elsolitariomc.com/2015/11/rewind-7-roland-sands/

<< REWIND 6: http://elsolitariomc.com/2015/05/rewind-6-mark-hoyer/

<< REWIND 5: http://elsolitariomc.com/2015/03/rewind-5-gary-inman/

<< REWIND 4: http://elsolitariomc.com/2015/02/rewind-4-paul-dorleans/

<< REWIND 3: http://elsolitariomc.com/2014/12/rewind-ornamental-conifer/

<< REWIND 2: http://elsolitariomc.com/2014/11/rewind-2-vincent-prat/

<< REWIND 1: http://elsolitariomc.com/2014/10/rewind-take-1-chris-hunter/

Chose intéressante…